Archive | Expositions passées

RSS feed for this section

• Exposition # 29 • « Paysages Habités » par Marta Orzel •

Flyer-MartaOrzel2018

À la suite de l’exposition d’Antoine Corbineau qui prendra fin le 3 juin, l’Espace LVL recevra l’artiste Marta Orzel pour sa nouvelle exposition monographique,  Paysages Habités. Après Mountain Landscape en 2014, Marta Orzel réinvestit l’Espace LVL oscillant entre peinture et dessin.

Composé d’une nature à la fois savante et fantasmée où se rencontrent et se superposent montagnes, rivières et racines, le travail de Marta Orzel se singularise par son caractère à la fois minéral et organique. La figure animale s’invite dans cette nouvelle série stratifiant des paysages enchanteresques dans une grâce séduisante de douceur.

Ciselant la couleur par des formes minimales et épurées, Marta Orzel opère avec minutie un univers pictural poétique où cimes et lisières convoquent une certaine étrangeté.  Elle combine dessin, acrylique et textures qu’elle met au service d’un monde fantastique animé de lignes géométriques et strates géologiques.
« Des zones épargnées du passage de la peinture laissent apparaitre la surface marbrée, souvenir de la couche la plus ancienne. Il s’en dégage une harmonie étrange, un calme qui vient de la façon dont je travaille l’acrylique, avec grande précision, métamorphosant le papier millimètre par millimètre. Un ensemble doux et onirique où la couleur à toute sa place. »

Marta Orzel est diplômée de l’école des arts de Wroclaw en Pologne . Son trait singulier l’a menée aujourd’hui à multiplier les expositions entre France et Pologne, mais également à illustrer de nombreux ouvrages jeunesse (Actes Sud Junior, Belin Jeunesse, Gallimard Jeunesse, Éditions du Rouergue…), cumuler des travaux pour la presse (Télérama, La revue XXI, Le JDD, Georges, Le Temps…)  et pour des structures diverses (Orchestre symphonique de Bretagne – Rennes, Stéréolux -  Nantes, The Cutting Ball Theater – San Francisco…)

Vernissage le 14 juin à partir de 18h30, en présence de l’artiste

• exposition #28 • « Datcha » d’Antoine Corbineau •

Flyer-Antoine Corbineau -Web

L’Espace LVL accueille du 20 avril au 3 juin Antoine Corbineau qu’on ne présente plus dans le milieu de l’illustration tant son travail autour des cartographies des villes du monde ont fait de lui l’un des artistes les plus reconnus de l’imagerie contemporaine.

Diplômé du prestigieux Camberwell College of Arts de Londres et de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Antoine Corbineau accumule les casquettes et oscille entre illustration et graphisme, et multiplie les collaborations avec la presse, diverses entreprises et associations du monde entier.

Pour l’Espace LVL, l’illustrateur retourne aux pinceaux et nous emmène loin des mégalopoles cartographiées, généreusement fournies et colorées, au profit de cette paisible série de peintures nommée Datcha. Lors de voyages estivaux dans sa belle-famille en Russie, Antoine Corbineau dépeint un élément central de la culture russe : la maison de campagne et son lopin de terre où se réfugient les familles russes dès l’arrivée du printemps pour s’y reposer, y jardiner ou encore se baigner au bania. Antoine Corbineau trace d’un coup de pinceau aux apparences naïves une nature dominante, entre réalisme et onirisme, dont les perspectives parfois déformées évoquent la construction vaporeuse des souvenirs de vacances.

« Ce premier ensemble était une nouvelle étape dans mon travail, la figuration d’un réel parfois recomposé, parfois rêvé, d’avantage dépouillé, et centré sur un personnage évoluant mystérieusement sur la surface peinte, en l’occurence en Russie mais sans que cela soit une évidence. [ … ] Cette série de peinture est une sorte de fantasmagorie en sourdine de mes souvenirs et de ceux de mes proches, hors saison, hors du temps, dans lequel chaque datcha suggère une vie épaisse et éternelle. » Antoine Corbineau

Vernissage le 19 avril à partir de 18h30

• Exposition # 27 • GANGSTER DOODLES •

Flyer-GangsterDoodles-Recto-Verso_web

Du 9 mars au 8 avril et dans le cadre du festival Hip Opsession, L’Espace LVL reçoit l’illustrateur canadien connu sous le nom de Gangster Doodles, mais dont l’identité se cache sous divers pseudonymes, brouillant ainsi les pistes autour de l’avatar numérique qu’il s’est créé au fil des années.

Autodidacte, Gangster Doodles trace au simple feutre des portraits de stars du hip hop et dresse ainsi une encyclopédie imagée d’un mouvement incontournable de notre époque. Dans un style qu’il décrit lui-même de simple, drôle et coloré, il explore, décrit, et caricature parfois l’univers de la pop-culture dont il fait partie intégrante. Gangster Doodles s’inscrit dans cette génération d’artistes anonymes made in internet, où la viralité d’un poste et la créativité de ses auteurs rassemblent, dans le cas de Gangster Doodles, une communauté internationale et grandissante de fans.

Kendrick Lamar par Gangster Doodles

Kendrick Lamar par Gangster Doodles

Tout a commencé il y a quelques années autour d’un simple post-it à l’effigie de Snoop Dogg, dessiné au stabilo et publié par la suite sur Tumblr. Gangster Doodles travaille alors en tant que chef de bureau et occupe ses pauses-déjeuner à dessiner des portraits de rappeurs sur des post-it 3×3. À la suite de ce poste devenu viral, il développe ses portraits en série sur les réseaux sociaux et gagne très vite en notoriété : son compte Instagram réunit aujourd’hui 87000 abonnés, auxquels de nouveaux fidèles s’ajoutent par milliers chaque semaine.
Depuis, Gangster Doodles a quitté son job et diversifie les moyens de diffusion : en 2017, il rassemble ses portraits dans un livre de 336 pages, développe des pin’s, T-shirt et autres goodies ornés des fameux portraits, et multiplie les collaborations avec les marques.

http://www.gangsterdoodles.com

http://www.hipopsession.com

• Exposition # 25 • ICINORI •

Flyer-Icinori-Recto-Verso_WEB

 

 

L ‘Espace LVL accueille du 23 juin au 29 juillet un duo d’illustrateurs, Mayumi Otero et Raphael Urwiller, diplômés des arts décoratifs de Strasbourg et fondateurs des éditions expérimentales Icinori. Ils y développent leurs univers, réalisent des livres déraisonnables, travaillant à deux ou de façon indépendante pour la presse (New York Times, l’Express, le Monde, Nouvel Obs, Forbes, Wired, XXI,…) et pour l’édition (Actes Sud Junior, Albin Michel, Les Fourmis Rouges, Thierry Magnier…).
Icinori offre à l’Espace LVL un panorama sur son travail aux contours pluriels et au charme énigmatique.

 

Le coeur d’Icinori palpite d’inspirations multiples : La création contemporaine y coule autant que l’art populaire, oscillant entre réalisations purement illustratives et recherches expérimentales.
Dans les veines d’Icinori, on retrouve aussi bien Dürer que  Shigeo Fukuda ou encore Killofer, télescopant la tapisserie ancienne et le design graphique des années soixante dix. Bien qu’aux antipodes, le duo parvient à concilier ces champs dissemblables explorant avidement les corps de l’image imprimée – risographie, sérigraphie, gravure-  mais aussi au travers du livre,  objet ou ingénieux pop-up (Momotaro, Construction…),  dans lesquels se rencontrent des mondes citadins et exotiques peuplés d’étranges personnages, humains comme animaux évoluant dans des espaces incertains .

Dans cette officine qu’est Icinori, la poésie se lie à l’ésotérisme  dans des expérimentations graphiques  hautement sensibles montrées pour la première fois à Nantes.

• Exposition # 24 • HELENE PARIS •

Flyer-H-PARIS-Recto-Verso_WEBDu 17 février au 1 er avril, l’Espace LVL invite l’artiste rémoise Hélène Paris pour sa première exposition nantaise, « Et La nuit éclairait la nuit * ». Elle y présente une série de dessins entre ombre et lumière, baignés d’une inquiétante beauté. .

Diplômée de l’école d’art et de design de Reims, Hélène Paris a choisi d’explorer les perspectives infinies qu’offre le dessin. Elle a construit au fil des années un travail riche et sensible tantôt absurde habité par la littérature ou la philosophie. Pour ces nouvelles recherches, elle glisse vers une forme d’abstraction au travers d’étranges modules laissant voir un travail du noir, par aplats et hachures, esquissant d’énigmatiques silhouettes architecturales. Paysages nocturnes, vestiges d’un temps passé, lames affutées suggèrent une réflexion sur notre perception d’une époque incandescente qui vacille, entre incrédulité et effroi. Ciselant le papier avec finesse, cet ensemble de dessins reflète une recherche plus minimaliste dans l’expression dont la force s’amplifie par l’élégance froide et sombre des formes saillantes qui font jour.

*Roland Barthes, Fragment d’un discours amoureux

Exposition du 17 février au 1 er avril
Vernissage le 16 février de 18h30 à 21h

 

• Exposition # 23 • CRCR •

Flyer-CRCR-Recto-Verso

 

Pour clôturer l’année, l’Espace LVL invite du 25 novembre au 31 décembre, le collectif parisien CRCR pour une première exposition nantaise, « Week end à Nantes ».

Composé de réalisateurs, animateurs 2D et illustrateurs, le CRCR réunit Rémi Bastie, Nicolas Dehghani, Paul Lacolley, Kévin Manach, Nicolas Pegon et Jérémy Pires qui suite à leur rencontre à l’école des Gobelins, fondent le collectif en 2010. Leurs premières collaborations se concentrent autour des films « Jésus 2000 » et « Todor et Petru » avant de devenir réalisateurs chez Wizzdesign.

Ayant chacun un style et un univers graphique propre où se croisent la bédé, l’animation japonaise aussi bien que la science fiction ou les comics américains, les influences et inspirations des membres de CRCR, se fondent et se combinent  explorant en permanence de nouvelles pistes, qu’elles soient sombres, drôles, apocalyptiques ou poétiques.

S’ils se sont fait connaitre en réalisant des films pour Amnesty international, Adidas, Deezer, Cartoon network mais aussi des clips pour l’artiste Lorn et le groupe C2C, CRCR est avant tout la réunion de six illustrateurs. Ce sont ces travaux d’illustrations représentatifs de leurs univers respectifs qui seront à l’honneur dans l’exposition présentée à l’Espace LVL,  ce « Week end à Nantes » que les artistes s’accordent, escapade graphique composée de chemins multiples.

 

http://www.crcr.fr/

 

• Exposition # 22 • ESPACE LVL 5 ANS •

Flyer-5-ans-RV-Web

L’Espace LVL fête ses 5 ans : Pour l’occasion, l’association propose une exposition collective exceptionnelle entre ses murs  où se croisent bon nombre d’artistes  accueillis jusqu’alors.

 

Témoin et relais de la scène artistique locale, nationale et internationale depuis 2011, l’Espace  LVL est devenu un lieu de référence par ses rendez-vous autour du graphisme et de l’illustration au croisement de l’art contemporain.  La galerie de poche à accueilli plus d’une quinzaine de projets différents balayant les mediums les plus larges, de la peinture à la céramique, de la photo à la sérigraphie… Ainsi, cette exposition collective se fait le reflet de cette création protéiforme qui a fait l’histoire de l’Espace LVL au sein de même du lieu à la fois restreint et racé, qu’ hors les murs par les nombreux partenariats établis. Cet anniversaire se célèbre par la constitution d’un fond d’œuvres crées pour l’événement, pièces qui seront montrées pour la première fois.

En outre, le lieu unique, partenaire régulier de l’Espace LVL, s’habillera pendant 3 mois aux couleurs de l’Espace LVL au travers d’une fresque réalisée par le collectif belge Hell’O sur le mur de l’avenue Carnot.

 

Avec:

Amigos Locos (Romaric et Doberman) , Étienne Bardelli, Atelier Bingo, Colette Coutris, Marion Fayolle, Nicolas Galkowski, Guillaumit, Grems, Hell’O, Honet, Cody Hudson, Jean Jullien, Atelier Kobalt, Koralie, La Boca, Atelier La Casse, Marta Orzel, Atelier Polyhedre, Gavin Pryke, The Feebles

 

• Exposition # 21 • NICOLAS GALKOWSKI & COLETTE COUTRIS •

flyer

Né d’une rencontre entre deux graphistes, Nicolas Galkowski et Colette Coutris, le projet Equinoxe se situe aux confluences de la typographie, de l’illustration et de l’ethnologie. Mais c’est aussi autour du chiffre 4 que se déroule cette proposition: 4 cultures, 4 points cardinaux, 4 saisons et 4 mots pour une interprétation à 4 mains.

 

Tous les deux issus d’école d’art, Colette et Nicolas ont œuvré au sein d’agence de publicité et communication tout en nourrissant chacun leur passion pour l’illustration. Amorcé durant leurs études, ce travail autour de l’ethnologie qui devait d’abord prendre la forme d’un magazine, évolue vers une idée de typographie illustrée.  Chacun fort d’inspirations graphiques variées , de Tadanori Yokoo à Kyttenjanae en passant par Robert Hunter, les recherches se focalisent autour des quatre cultures incarnées par quatre mots :

- Geisha – Rinyuaru (le renouveau)
- Dogon – Yéban (la sagesse)
- Maya – Eknakat (le crépuscule)
- Viking – Valhalla (le paradis)

 

Usant de techniques d’impressions numériques contemporaines, Nicolas Galkowski et Colette Coutris s’attachent aussi à des méthodes qui par l’économie de moyens, jouent de la superposition et de la matière, à l’instar de la sérigraphie et de la risographie.

 

Ils proposent du 4 février au 4 mars 2016 à l’Espace LVL ce voyage graphique, télescopage poétique de civilisations, de langues et de couleurs.

 

• Exposition # 20 • ATELIER BINGO •

FLYER-BINGO-WEB

 

Pop-corn à volonté
Une exposition d’Atelier Bingo

Du 11 décembre 2015 au 15 janvier 2016
Vernissage le 10 décembre 18h30 >21h
(fermé du 25 décembre au 2 janvier)

 

Atelier Bingo, composé de Maxime Prou et Adèle Favreau, œuvre en duo depuis 2012.

Diplômés d’une école de communication visuelle nantaise où ils se sont rencontrés, ils ont fait leurs armes dans l’édition et la publicité à Paris avant de s’installer à Saint Laurent sur Sèvre en Vendée. Ce changement radical d’environnement marque un tournant déterminant dans leur parcours. En effet, ils investissent un espace, à la fois lieu de vie et de travail : Il leur inspire d’une part cette entité sous laquelle ils collaborent main dans la main mais leur permet aussi d’explorer enfin une technique qui leur tient à cœur depuis longtemps : la sérigraphie. Ils la découvrent et la domptent petit à petit favorisant une esthétique aux formes primitives qui distinguera leur univers.  En y associant le collage et le dessin, Atelier Bingo ne cesse d’expérimenter se laissant aller à une création libre et instinctive.

S’éloignant de la communication visuelle, ils s’adonnent à leur vraies préoccupations,  dominées par l’illustration et la micro édition tout en répondant à des commandes extérieures (design textile, illustration pour des magazines…)   .Ils poursuivent et développent leurs recherches toujours marquées par un habile dosage d’éléments structurés et de bribes plus fragmentaires et spontanées, comme en témoigne l’installation proposée à l’Espace LVL.  Pour cette exposition, Atelier Bingo dévoile alors une série de nouvelles productions dans lesquelles plane cette poésie qui leur est propre définie par ces formes pures et brutes, crayonnés libres et textures sur lesquelles règne la couleur. Ils livrent une création sans complexes ni prétentions séduisante de naturel.